mardi 23 mai 2017

Fausse crise dans TQ: Lumière sur une manipulation savamment orchestrée

 « Je ne connais pas l'homosexualité, comme je ne connais
pas l'hétérosexualité.  Je ne connais que des êtres vivants
qui essaient d'aimer. » -Michel-Marie Zanotti-Sorkine.
Différents livres de cet auteur étaient en vente à la 
procure de l'abbé Berteaux.
Fondé en 2015 par quelques militants, le Mouvement Tradition Québec se plaçait volontairement sous l’aumônerie de l’abbé Pierre Roy, un jeune prêtre canadien-français apprécié pour son patriotisme bien ordonné et pour son intransigeance exemplaire.

L’abbé Roy se retirait de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X suite à un sermon choc, au printemps 2016, qui allait déplaire à la hiérarchie et expliquait sa décision dans une lettre datée du 3 juin 2016 :

« Cette nouvelle ligne de conduite de notre Fraternité est imposée aux prêtres, à de nombreux prêtres qui ne l’ont jamais désirée. Réduction au silence, mutations, promotions, procès, menaces, promesses, exclusion, tout devient légitime quand il s’agit de défendre la « position de la Fraternité » qui est en fait – comme toujours dans les révolutions – la position d’une minorité qui a pris le pouvoir et qui manipule avec habileté une majorité passive. »

Un pèlerinage sous le signe de Vatican II

Malgré le départ de l’abbé Pierre Roy de la Fsspx, le Mouvement Tradition Québec  désireux de poursuivre ses activités collaborait toujours avec la Fraternité. L
’abbé Couture reprit l’aumônerie du mouvement, supérieur du District du Canada, bien que l’abbé Roy n’ait jamais été démis officiellement de ses fonctions.

En automne 2016, le président fondateur du Mouvement, Etienne Dumas, adressait des plaintes au supérieur de district à propos du libéralisme galopant au sein du prieuré de Lévis de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X. La suite des événements allait donner raison à l’aumônier exilé, l'abbé Pierre Roy.


« Il demeure cependant évident que plus la situation ira se dégradant, plus il deviendra nécessaire de s’occuper des âmes qui se sentent trahies et trompées au Québec. » Abbé Pierre Roy, 3 juin 2016.


Chronologie de la manœuvre


Novembre 2016 :

Plusieurs passages des constitutions d’origines du Mouvement Tradition Québec gênent alors la nouvelle aumônerie (qui a déjà son nouveau candidat potentiel au sein de la direction de Tradition Québec) :

« Le Mouvement Tradition Québec possède une identité de buts avec ladite Fraternité. C'est donc comme collaborateur qu’il se place avec cette dernière, conservant toutefois son autonomie, désirant être par sa nature le glaive temporel de l'Église catholique et romaine au Québec. » Constitutions du Mouvement Tradition Québec

L'abbé Olivier Berteaux
Une rencontre est donc organisée à Lévis, les constitutions sont modifiées sous la supervision de l’abbé Daniel Couture et de l’abbé Olivier Berteaux, pour tenter d’assurer un contrôle direct de la Fraternité sur le Mouvement Tradition Québec. Avant cette réunion, l'abbé Couture avait promis à monsieur Dumas que l'abbé Berteaux ne serait présent qu'une partie de la réunion, et qu'il ne se mêlerait pas des constitutions du mouvement (ce qui ne fut pas le cas).

Les deux membres fondateurs, qui composent somme toute la moitié du comité, refusent de signer la constitution truquée.


Décembre 2016 :

Deux membres de Tradition Québec, appuyés par les prêtres du prieuré de Lévis, font tout pour miner la crédibilité et détruire la réputation du président du Mouvement. La médisance, la calomnie et les injures foisonnent de toutes parts contre monsieur Etienne Dumas qui maintient autant que possible les activités et les orientations de Tradition Québec.


Janvier 2017 :


Le président/fondateur E. Dumas
Une ultime rencontre a lieu chez monsieur Dumas. Après 5 heures de négociations infructueuses, les membres fondateurs se refusent à nier aveuglément la subversion des deux membres libéraux au sein du Mouvement Tradition Québec, marionnettes des prêtres de Lévis et également le libéralisme du prieuré de Lévis. Les positions de chacun sont claires et irréconciliables. On reproche entre autre aux fondateurs du mouvement d’être une « bombe à retardement » puisqu’ils s’opposent à un accord avec Rome. À bout d’arguments et profitant de l’épuisement général, l’abbé Couture obtient la démission d’Étienne Dumas et nomme sur le champ son pion. La nouvelle direction désignée par l’abbé Couture tente alors d’imposer sa « constitution modifiée sur mesure ».

Contrairement à ce que vont prétendre les membres de nouvelle direction (désignés par la Fraternité) par la suite, il n’y a pas eu de vote unanime pour la nomination d’un nouveau dirigeant. Monsieur Dumas a cédé momentanément sous la pression de l’abbé Couture.

Revenant à lui-même à la suite de cette rencontre, Etienne Dumas se rend compte qu’il a été le jouet des manigances de l’abbé Couture. Afin de ne pas laisser le mouvement prendre un tournant libéral et accordiste, la seule situation envisageable à ce moment fut la dissolution du Mouvement. Toutes les plateformes du Mouvement sont instantanément  fermées au public. L'abbé Couture menace alors Etienne Dumas, demandant une soumission d'ici 24h. Il exige aussi la remise des différents comptes web du Mouvement Tradition Québec à Joseph Morin, le valet de l'abbé Couture.


7 Février :

Alors que toutes les activités du Mouvement sont suspendues, une nouvelle information est découverte sur internet. La Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X vient tout juste d’enregistrer « Mouvement Tradition Québec »  comme autre nom utilisé au Registraire des entreprises du Québec pour s’approprier légalement l’organisme.


Les membres fondateurs du Mouvement Tradition Québec, refusant que la fermeture du Mouvement serve à une récupération et soit une façon d’imposer le tournant qu’ils avaient refusé, remettent donc les plateformes web du Mouvement en ligne.

Continuant dans son obstination à récupérer le mouvement contre le gré de tous ses fondateurs, la Fraternité entreprend dès lors d’ouvrir un site web du même nom, parallèle à la plateforme officielle du Mouvement, avec l’aide de celui qu’elle a désigné comme président docile.


19 février :

Les noms de domaines traditionquebec.ca et traditionquebec.com sont enregistrés par la Fraternité, pour faire embûche au site officiel du Mouvement toujours dirigé par les membres fondateurs. Une copie du site est en construction et les usurpateurs font pression sur les collaborateurs du Mouvement pour récupérer le matériel accumulé par Tradition Québec.


Mars 2017 :

L’abbé Daniel Couture et Joseph Morin, le candidat de la Fraternité pour diriger le mouvement usurpé, se rendent, le 2 mars,  à une soirée du « Groupe de Réflexion sur les Enjeux du Québec », revendiquent publiquement le Mouvement Tradition Québec et présentent leur « nouveau Mouvement Tradition Québec ».

Les membres fondateurs apprennent que l'abbé Daniel Couture, supérieur du district du Canada de la FSSPX, ainsi que Joseph Morin - le candidat de l'abbé Couture à la tête du Mouvement Tradition Québec -, ont préparé une lettre de mise en demeure, à l'endroit des fondateurs du Mouvement Tradition Québec ? L'objet du « délit » ? L'utilisation du nom Mouvement Tradition Québec, récemment enregistré, en catimini, par la FSSPX.

Un protocole d'épuration

L'abbé Daniel Couture
Les manœuvres secrètes, la calomnie, la médisance, les menaces, l’usurpation…  Quelles manœuvres grotesques l’abbé Daniel Couture est-il encore prêt à approuver pour parvenir à ses fins?

La garantie d’une mainmise sur un Mouvement actif et fertile vaut-elle la peine que l’on puise dans l’aumône des fidèles pour enregistrer des entreprises, ouvrir des sites internet et faire la guerre à des militants qui refusent d’abandonner les principes chrétiens? L’abbé n’a-t-il rien d’autre à faire que de s’en prendre à quelques pères de famille qui veulent faire quelque chose pour le retour de la Foi dans leur pays? À quoi bon organiser des congrès sonores sur le règne du Christ-Roi lorsqu’on agit ensuite de cette façon totalitaire? La Fraternité est-elle la seule qui ait le droit de travailler au retour du règne du Christ? Le fait que tous les membres fondateurs du groupe refusent le tournant qu’il veut imposer et l’imposture d’un deuxième mouvement portant le même nom ne lui suffit-il pas pour ouvrir les yeux, fonder un mouvement d’un nom différent, et laisser la paix et la liberté des enfants de Dieu à ces jeunes militants? N’a-t-il pas des problèmes plus urgent à régler dans sa boutique pour vouloir enlever la paille dans les yeux du voisin? Autant de questions qui restent sans réponse.
Joseph Morin

Suite (et fin ?)

Suite à l'intervention d'un prêtre et d'un combattant catholique des débuts de la crise de l'Eglise, le nom Mouvement Tradition Québec revient à ses fondateurs. En effet, plus d'une calomnie fut utilisée par le camp libéral afin d'empêcher cela. Finalement, le droit l'a emporté. L'abbé Daniel Couture fut obligé de désenregistrer le nom machiavéliquement volé.

Combien aura coûté cette histoire ? Nul ne le sait. Néanmoins, la provenance est claire : les dons des fidèles. Pendant ce temps, c'est l'école Sainte-Famille, qui est en difficulté financière (sans oublier les scolarités d'enfants qui ont récemment monté). Ne parlons pas des dimanches où il y a 3 différentes quêtes ! « C'est avec des cennes qu'on fait des piastres ». N'ont-ils pas d'autres priorités ?