lundi 15 octobre 2018

La FSSPX Canada au diapason LGBT : suite

Dans la foulée de la publication de notre dernier article, relatant la dernière turpitude contre-nature de la FSSPX Canada (publié quelques jours après l'apparition sur internet du scandale), un lecteur nous a fait parvenir le message suivant de l'abbé Daniel Couture aux prêtres de son district :

Dear Fathers,The bad text imposed by the government has been removed from our website and handbook as of last night. Please let it be known to anyone who write to you.And pray for the school, that we may be able to finish the academic year, and continue it next year! 
AMDG 
D. Couture

Traduction :
Chers abbés,
Le mauvais texte imposé par le gouvernement a été retiré hier soir de notre site web et du manuel de l'école. Faites le savoir à quiconque vous a écrit à ce propos.Priez pour l'école, afin que nous puissions finir cette année et continuer l'an prochain ! 
AMDG 
D. Couture

Décryptons et lisons entre les lignes :

Cher abbés,

Le mauvais texte 
imposé par le gouvernement, écrit par un membre/employé de la FSSPX et autorisé par votre serviteur, a été retiré hier soir de notre site web et du manuel de l'école.Faites le savoir à quiconque vous a écrit à ce propos.Priez pour l'école, afin que nous puissions finir cette année et continuer l'an prochain !

AMDG

D. Couture
Comprenons : devant l'éclosion du scandale humain - salissage de l'image de la FSSPX en général -, il devient nécessaire de corriger le tir, afin de sauver les apparences. Un tel détournement d'attention ne peut être efficace.

  • Ce n'est pas le gouvernement qui a écrit le manuel de l'école, mais bien le personnel et les prêtres. Laisser sous-entendre que le gouvernement provincial a imposé l'ajout de ces règles vicieuses dans le manuel de l'école est mensonger.
  • Tel que mentionné, le document avait reçu, avant sa publication, le nihil obstat de l'abbé Daniel Couture : « Les règles consignées dans ce manuel ont été mises en place pour fournir une orientation stricte et donner l'efficacité nécessaire à la gestion de l'école privée St. John Bosco. »
  • L'école avait le choix d'inclure ou non ces passages odieux dans son manuel. Si la survie de l'institution avait réellement dépendu de l'ajout de ces passages, il aurait fallu cesser les activités et alors, soutenir les parents à faire l'école à la maison. Il n'est pas permis d'utiliser des moyens mauvais pour un « bien apparent ». Pour sauver la maison générale de Menzingen, faudra-t-il, cette fois, accepter l'avortement ?


Nous parlions plus haut de scandale humain. En effet, si cette affaire n'avait pas fait de bruit et choqué les gens, est-ce que ce manuel aurait été retiré ? Si dans le secret de leur cœur - face à Dieu - ces personnes sont capables d'autoriser de pareilles choses, peuvent-ils être appelés « bons pasteurs » ? Pour ces gens, la petite polémique humaine guide l'action : l'éternel pragmatisme éloignant des Préceptes divins. Fraternitas, Fraternitas, convertere ad Dominum Deum nostrum.



Dieu premier servi.
Devise de sainte Jeanne d'Arc