vendredi 10 janvier 2020

ECR : la confusion des religions



Lundi le 10 janvier 2020, le ministre caquiste Roberge annonce l'abolition du cours d'Éthique et culture religieuse (ECR). L'abolition de ce cours, où l'on invitait les jeunes en guise d'examen à s'inventer une religion, n'est ni bonne ni mauvaise, car celui-ci sera remplacé par pire. Pour rappel, ce cours venait remplacer les cours de catéchèse et de morale. Instauré par le gouvernement Charest, ECR venait apprendre le syncrétisme religieux, ainsi que le relativisme le plus total aux jeunes étudiants malléables - car à cet âge, qui peut vraiment affirmer « moi je pense que... » ? Bref, un cours dans la lignée idéologique de la Révolution tranquille.

Tout fut accompli par étapes, comme en France et ailleurs (autres pays maçonnisés)

1 : instruction obligatoire. 2 : étatisation de l'éducation. 3 : laïcisation. Nous sommes présentement à la dernière étape.

Rappelons qu'en 1997, le supposé gouvernement « indépendantiste », dit souverainiste du Parti Québécois, par l'entremise de Pauline Marois, suppliait Ottawa d'autoriser le retrait de la province de Québec de l'article 93 de la Constitution canadienne. Cet article, inséré par nos pères pour la protection de notre identité, se lit comme suit :

Législation au sujet de l’éducation
93. Dans chaque province, la législature pourra exclusivement décréter des lois relatives à l’éducation, sujettes et conformes aux dispositions suivantes :

(1) Rien dans ces lois ne devra préjudicier à aucun droit ou privilège conféré, lors de l’union, par la loi à aucune classe particulière de personnes dans la province, relativement aux écoles séparées (denominational);
(2) Tous les pouvoirs, privilèges et devoirs conférés et imposés par la loi dans le Haut-Canada, lors de l’union, aux écoles séparées et aux syndics d’écoles des sujets catholiques romains de Sa Majesté, seront et sont par la présente étendus aux écoles dissidentes des sujets protestants et catholiques romains de la Reine dans la province de Québec;
(3) Dans toute province où un système d’écoles séparées ou dissidentes existera par la loi, lors de l’union, ou sera subséquemment établi par la législature de la province — il pourra être interjeté appel au gouverneur-général en conseil de toute loi ou décision d’aucune autorité provinciale affectant aucun des droits ou privilèges de la minorité protestante ou catholique romaine des sujets de Sa Majesté relativement à l’éducation;
(4) Dans le cas où il ne serait pas décrété telle loi provinciale que, de temps à autre, le gouverneur-général en conseil jugera nécessaire pour donner suite et exécution aux dispositions du présent article, — ou dans le cas où quelque décision du gouverneur-général en conseil, sur appel interjeté en vertu du présent article, ne serait pas mise à exécution par l’autorité provinciale compétente — alors et en tout tel cas, et en tant seulement que les circonstances de chaque cas l’exigeront, le parlement du Canada pourra décréter des lois propres à y remédier pour donner suite et exécution aux dispositions du présent article, ainsi qu’à toute décision rendue par le gouverneur-général en conseil sous l’autorité de ce même article. (50)

La porte s'est alors ouverte pour saborder une des parties les plus importantes de notre identité : notre religion. On instaura alors des commissions scolaires simplement basées sur la langue (française et anglaise). Les ennemis historiques des Canadiens-français ne pouvaient demander mieux. « On n'est jamais mieux trahi que par les siens » dit le dicton.
« On l’abolit pour le remplacer par quelque chose de neuf. Mais comme il va y avoir des éléments du cours actuel qui vont rester, comme l’éthique, la pratique du dialogue, le respect de soi et des autres, la lutte contre les stéréotypes. On appelle ça une réforme en profondeur. »
Concernant la place de la religion : « Il faudra un espace beaucoup plus petit que celui que l’on a actuellement, mais un espace quand même. »

Le ministre de l’Éducation a déjà déterminé huit thèmes qui guideront l’élaboration du cours devant remplacer le programme d’éthique et culture religieuse au primaire et au secondaire. Il s’agit de la participation citoyenne et la démocratie, de l’éducation juridique, de l’écocitoyenneté, de l’éducation à la sexualité, du développement de soi et des relations interpersonnelles, de l’éthique, de la citoyenneté numérique et de la culture des sociétés.

Concernant la place de la religion : « Il faudra un espace beaucoup plus petit que celui que l’on a actuellement, mais un espace quand même. »
Est-ce le moment pour les catholiques de sabrer le champagne? Certainement pas, car la mise en bière du hippie ERC pave la voie à son fils Oublie pour la rentrée 2022-2023, lequel fera monter d'un niveau le degré d’irréligion. Avant, vous aviez la confusion des religions, maintenant vous aurez la mise de côté de toute religion. Le but de ce mouvement révolutionnaire - inspiré Grand Orient de France - est fort simple, il est de faire oublier l'idée même de Dieu. On amènera la population a croire qu'il s'agit d'un « choix de société », d'un « pas en avant » (comme la population est dorénavant habituée à l'entendre). Rien ne va donc pour le mieux.

Les Canadiens-français bernés par le gouvernement de François Legault devront, tôt ou tard, se réveiller. Il s'agit du gouvernement du pays québécoiseux de la Révolution tranquille, et non de celui de la province de Québec. Que restera-t-il à la fin du mandat de François Legault? Plus rien de l'ancien régime (mort en 1959 avec Duplessis, les restes étant à l'état de rigor mortis) catholique et seulement le nouveau régime révolutionnaire tranquille. Le titre du magnum opus de Mgr Delassus décrit parfaitement la situation : La conjuration antichrétienne - Le Temple Maçonnique voulant s’élever sur les ruines de l'Église Catholique.

Chers parents, le meilleur gage pour vos enfants se trouve actuellement soit dans l'école maison, soit dans la découverte d'une école intégralement catholique - denrée plus que rare aujourd'hui.


Rachetez le temps, parce que les jours sont mauvais (Eph 5:16).


En lien avec cet article :
http://www.tradition-quebec.ca/2018/10/lapres-campagne-electorale-les.html
http://www.tradition-quebec.ca/2019/07/requiem-pour-le-canada-francais.html

Source des citations : La Presse.

mardi 31 décembre 2019

Sainte année 2020

Tradition Québec vous souhaite une heureuse et sainte année 2020, ainsi que le Paradis à la fin de vos jours !

Commencez l'année avec ce chant traditionnel bien d'ici :


Refrain:
Mon Dieu bénissez la nouvelle année
Rendez heureux nos parents, nos amis
Elle est toute à vous et nous est donnée
Pour mériter le Paradis. (bis)

- 1 -
L'homme prédestiné n'a pas reçu la vie
Pour attacher son cœur aux choses d'ici-bas
Mais comme un exilé pour tendre à la Patrie
Sans arrêter le pas. (bis)

- 2 -
Qui de nous peut compter combien d'instants encore
Pour conquérir le ciel lui garde l'avenir
Du nouvel an joyeux nous voyons bien l'aurore
Le verrons-nous finir? (bis)

- 3 -
Bénissez-la, Seigneur, cette nouvelle année
Que votre amour céleste en charme tous les jours
Et nul moment perdu, nulle heure profanée
N'en ternira le cours. (bis)

- 4 -
Bénissez nos parents, nos pères et nos mères
Nos frères et nos sœurs, tous ceux que nous aimons
Gardez de tout malheur ces amitiés si chères
Nous vous les consacrons. (bis)



En 2020, Tradition Québec deviendra la partie blogue du site des Editions de la Vérité.

mardi 17 décembre 2019

Nouvelle parution aux Editions de la Vérité

EN VENTE DÈS AUJOURD'HUI


Nouvelle parution aux Editions de la Vérité! Le juste milieu de la pénitence, de dom Léonce Crenier, s'ajoute à notre catalogue. Extrait du livre

Qui est dom Léonce Crenier ?

Né en 1888 en France et décédé en 1963 en Martinique, Dom Léonce Crenier fut un père de l’ordre de Saint Benoît. Il reçut sa première communion lorsqu’il était enfant, mais il cessa la pratique religieuse par la suite, comme c’était malheureusement courant à cette époque. Il vécut une vie bohème à Paris, où il fréquenta des anarchistes, des communistes, des spiritualistes et des franc-maçons. Lors d’un voyage de famille au Portugal, il fut foudroyé par la paralysie. À l’hôpital français de Lisbonne, une religieuse le ramena à la foi catholique. De retour en France, il fut admis dans l’ordre de saint Benoît, aussi appelé les Bénédictins. Envoyé par son supérieur au Canada afin de solidifier la jeune communauté bénédictine récemment installée à Saint-Benoît-du-Lac, il devint prieur des lieux et fit construire l’actuelle abbaye. Il prit part à la polémique du Lacouturisme et est compté parmi les figures de l’antilibéralisme en Canada français.

Dom Léonce Crenier.
« Il y a dans la spiritualité de nombreux catholiques d'aujourd'hui quelques grandes lacunes, et l'oubli de la pénitence en est une. La Sainte Vierge nous l'a redit en vain.
Nous voudrions, dans ces quelques pages, rappeler l'enseignement de la tradition catholique sur la nécessité de la pénitence et les normes d'après lesquelles doit se régler la pratique de cette vertu, qui étant d'ordre moral, consiste en un milieu, placé entre un excès et un défaut.
Trop de mortification, c'est le rigorisme.
Trop peu de mortification, c'est le laxisme.
Au milieu, entre cet excès et ce défaut, se place la vertu chrétienne de pénitence. Là est tracée la voie étroite qui est le seul chemin pour aller au ciel
. » -Dom Léonce Crenier, Le juste milieu de la pénitence.
 

Faire pénitence? Comment s'y prendre? Quels moyens puis-je utiliser? Dans quel esprit faire pénitence? Si vous vous posez une seule de ces questions, ce livre est pour vous. C'est pour les catholiques vivant dans le monde que dom Léonce Crenier a écrit cet opuscule. Nous ne saurions que trop le recommander.


Le juste milieu de la pénitence, de DOM LÉONCE CRENIER. Réédition 2019 de l'original (1944), aux Editions de la Vérité. 104 pages. Format de poche. ISBN 978-2-9818489-1-8. 14,99$


LIVRAISON GRATUITE POUR LE CANADA.

En vente ici

jeudi 12 décembre 2019

Peut-il y avoir des guerres justes?

Les hérétiques manichéens condamnaient toutes les guerres sans restrictions, et ils allaient jusqu’à blâmer Moïse pour celles qu’il fît par ordre de Dieu même. Voilà les excellents maîtres de ceux qui de nos jours réprouvent toute guerre, juste ou injuste. Quelqu’un nous disait un jour, ne pas vouloir d’un roi qui, pour monter sur le trône, ferait couler une seule goutte de sang. Ce mot est celui d’un honnête homme. Mais aucun concile n’a décidé qu’un homme de bien dût être incapable de dire une sottise. Nous fûmes obligés de lui répondre qu’il était plus charitable que Dieu. Nous ajoutâmes que le sang et la vie ne sont pas ce que nous avons de plus précieux, et que, d’après l’enseignement de la droite raison et du sens commun, les biens de moindre importance doivent toujours être sacrifiés aux biens d’un ordre supérieur.

Dans l’Ancien Testament, Dieu a ordonné et même approuvé des guerres, non seulement extérieures, mais encore civiles, non seulement défensives, mais encore offensives ; pour le savoir, il suffit de consulter les saintes Écritures. David chantait les louanges de Dieu, en disant : « Béni soit le Seigneur mon Dieu, qui forme mes mains aux combats et qui prépare mes doigts à la guerre. » Dans le Nouveau Testament, il est dit que plusieurs soldats se présentant un jour dans le désert au grand prédicateur de la pénitence lui demandèrent : « Et nous, que devrons-nous faire? » S. Jean- Baptiste leur répondit : « N’usez de violence ni de fraude envers personne, et contentez-vous de votre solde », mais il ne leur dit pas d’abandonner les armes. Jésus, même de sa bouche divine, a loué la foi du centurion ; mais, comme dit S. Augustin, à qui nous empruntons cette doctrine, il ne lui a pas ordonné d’abandonner sa profession militaire.

Cependant, dira peut-être quelque ami exagéré de la paix, Jésus est tellement loin de permettre la guerre qu’il nous ordonne, si l’on nous frappe sur une joue, de tendre l’autre. Certes la parole divine mérite un grand respect et on ne doit ni l’exagérer ni en défigurer le sens ; mais si c’était là un précepte, il impliquerait l’obligation de donner votre manteau à qui voudrait vous arracher votre habit, de porter à deux mille pas un fardeau qu’un rustre vous aurait imposé pour une longueur de mille. Ceux qui s’entendent en ces matières affirment qu’il n’y a pas là de précepte, mais un conseil s’appliquant, non pas au fait matériel de la guerre, mais à la disposition morale de ceux qui la font ; c’est ainsi que sont loués ces vrais Israélites qui marchaient à la guerre, sans haine dans le cœur, sans ambition, sans cruauté, sans désir de mal faire, mais seulement avec la volonté de défendre le bien. Tout au moins, ajouteront certaines gens doucereux, soit que l’étranger ait envahi injustement notre territoire, soit que les méchants usurpent le pouvoir suprême et tyrannisent les bons, c’est toujours un châtiment de Dieu qui nous visite dans nos iniquités, et que nous devons souffrir avec résignation, sans nous opposer jamais à la volonté divine, au moyen des armes. — Ceux qui s’expriment ainsi ne savent pas qu’ils se font tout simplement l’écho du frère Martin Luther. Car, cet énergumène, qui s’enrouait à crier que tous eussent à prendre les armes contre le pape comme contre un chien enragé, s’appuyait sur cette argumentation mystique pour condamner la guerre contre le Turc. Mais un savant de ces temps-là lui répliquait : « D’après cette doctrine, il ne serait pas permis non plus de se prémunir contre la faim ni de prendre des médicaments contre les maladies, ni des préservatifs contre la peste, puisqu’il est bien admis que par tous ces malheurs Dieu nous visite dans nos iniquités. »

Il ne manque pas enfin d’hommes disant que le bon chrétien n’a qu’un devoir, celui de prier le Seigneur de nous délivrer des maux qui nous accablent, et de nous accorder, quand et comme il lui plaira, les biens qui nous manquent. Disons en passant que ceux qui tiennent ce langage ne sont pas assurément les plus empressés à prier. Les personnes adonnées à la prière, quand elles ont réchauffé leur volonté à ce foyer des bons sentiments, se mettent à faire ce qui est en leur pouvoir ; elles ne prétendent pas que le Ciel fasse continuellement des miracles. Que Dieu nous garde de déprécier et de diminuer l’efficacité de la prière ; elle est la clef du ciel, le moyen le plus assuré d’attirer sur le monde la pluie bienfaisante des miséricordes divines. Nous accordons également que, pour beaucoup de personnes, le devoir sera de prier, cela est clair : il y en a qui ne peuvent faire autre chose. Mais qu’on ne prétende pas faire de cette exception une règle, et dire en général que le bon chrétien n’a qu’un devoir, celui de prier. La prière sans action est bonne ; mais était-elle mauvaise celle de Moïse levant les bras sur le champ de bataille, celle du Machabée tenant les yeux fixés au ciel en même temps qu’il frappait de son épée la tête de ses ennemis ? La prière pacifique est bonne ; mais était-elle mauvaise celle que faisaient S. Louis et S. Ferdinand en conduisant leurs armées au combat ? Dans les circonstances dont nous parlons, le devoir d’un bon chrétien ne se réduit pas à prier, il faut encore agir : demander à Dieu sa lumière, sans laquelle tout talent n’est qu’obscurité, son secours, sans lequel tout pouvoir n’est qu’une fumée, c’est bien. Mais il faut en outre employer le bras, la bourse, la parole, la plume et tous les autres moyens qui sont en notre pouvoir.

Enfin, à celui qui comprend si mal la prière je demanderais : qu’allez-vous solliciter de Dieu? Qu’il sauve votre patrie? — Bien! Mais par quels moyens? — Oh! Dieu le sait. — Sans doute ; mais vous n’ignorez pas non plus que ces moyens doivent être ou surnaturels ou naturels? Voulez-vous que Dieu emploie les premiers, qu’il fasse des miracles, qu’il envoie des légions d’anges ? Cela n’est pas prier, c’est tenter Dieu. — Demandez-vous que Dieu se serve des moyens naturels et ordinaires, qu’il emploie les hommes ? Mais alors, pourquoi ne vous offrez-vous pas à être l’un de ces instruments de Dieu? Comment osez-vous vous agenouiller pour dire : Seigneur, je ne veux rien faire, mais je vous demande que vous fassiez tout vous-même ou que d’autres le fassent ? Quand vous demandez une chose à Dieu, vous témoignez qu’elle est bonne et que vous en avez besoin ; si elle est bonne et nécessaire, pourquoi n’y coopérez-vous pas?

Reconnaissez-vous maintenant combien est erronée la maxime que le bon chrétien n’a qu’un devoir, celui de prier? Comprenez-vous que les guerres justes et nécessaires ne peuvent être condamnées au nom de la prière?

C’est ainsi que l’Église, par ses pontifes et ses conciles, a approuvé et béni beaucoup de guerres justes de toute espèce ; que les docteurs chrétiens dans leurs livres en expliquent la légitimité, que sur les autels on voit un certain nombre de guerriers, et que, dans l’office de l’un d’eux qui était roi, les guerres qu’il a faites sont qualifiées de pieuses : bella gesturus pia pia Ferdinandus.

Comment pourrait-on enseigner autre chose, quand tous les philosophes affirment que la guerre juste est de droit naturel ? De même qu’un juge peut punir un coupable, que tout individu a naturellement le droit de défendre sa vie et ses biens injustement attaqués, et d’exiger réparation des injures et préjudices qu’on lui a causés, en faisant appel à la force, de même peut agir l’État, qui n’est autre chose qu’une réunion d’hommes, et n’ayant pas de tribunal supérieur à qui demander justice, il ne lui reste d’autre moyen que de se la rendre à lui-même par la force. Cette raison fondamentale est également applicable aux guerres civiles comme aux guerres étrangères.

En effet, de quel moyen autre que les armes dispose donc le parti national qui représente et possède la légitimité, le droit et le drapeau du bien, pour l’emporter sur les rebelles qui d’en bas conspirent pour le renverser, ou bien d’en haut soutiennent l’usurpation et le mal par l’oppression et la tyrannie? À quel autre tribunal pourra-t-il en appeler pour demander justice ? Sera-t-on obligé par hasard, pour ne pas verser le sang, de livrer le pouvoir avec toute son immense influence à une faction quelconque de criminels en armes qui le réclament tumultueusement pour le mettre au service de la perversité? Et si ces mêmes criminels, par surprise, par violence, par fraudes et trahisons, sont parvenus à s’appeler gouvernement et emploient les forces nationales à ruiner la nation, et l’argent des bons à les exterminer et à corrompre leurs fils, on n’aura pas le droit de défendre le bien contre ceux qui par un abus de la force ont fait régner le mal ? Autant vaudrait dire que nous ne pouvons exiger d’un voleur de nous rendre notre argent, dès l’instant qu’il l’a mis dans sa poche.

Ceux qui affirment si aveuglément et si inconsidérément l’illégalité de toutes les guerres pensent assurément que leur doctrine de paix va diminuer l’intensité du grand fléau des nations. C’est une grave erreur! Cette théorie, une fois acceptée, rendrait impossibles les guerres justes et inspirées par l’amour du droit, et multiplierait les guerres iniques provoquées par l’aveugle ambition, la sordide cupidité et la soif du pouvoir ; elle désarmerait les honnêtes gens, et enhardirait par là même, en leur laissant le champ libre, les impies et les malfaiteurs. Le mieux sera de dire toujours la vérité, et la vérité est qu’il peut y avoir des guerres licites et justes.



-Chanoine Joaquín Torres Asensio, Le droit des catholiques de se défendre. Editions de la Vérité. 2020. P. 6-10.