dimanche 21 avril 2019

Joyeuse pâques!



Resurrexit sicut dixit, Alleluia!

Il est ressuscité comme il l'a dit, Alleluia!


Tradition Québec vous souhaite une sainte fête de pâques!



samedi 20 avril 2019

Samedi saint 2019



Astiterunt reges terrae, et principes convenerunt in unum. Adversus Dominum, et adversus Christum eius. Quare fremuerunt gentes, et populi meditati sunt inania? Adversus Dominum, et adversus Christum eius. 


Les rois de la terre se levèrent et les princes se rassemblèrent contre le Seigneur et contre son Christ. Pourquoi les nations ont-elles donné libre cours à leur rage, et pourquoi les peuples ont-ils nourri de vaines pensées à l'égard du Seigneur et de son Christ? 



-Tomás Luis de Victoria (Ávila, 1548 - Madrid, 1611)


Un chant malheureusement très actuel...

dimanche 14 avril 2019

Bonne semaine sainte



O vos ómnes qui transítis per víam, atténdite et vidéte:
Si est dólor símilis sícut dólor méus.
Atténdite, univérsi pópuli, et vidéte dolórem méum.
Si est dólor símilis sícut dólor méus.

O vous tous
qui passez,
Regardez, et voyez,
S’il est douleur pareil
à la douleur de mon cœur.




Glória, laus et honor tibi sit, Rex Christe, 
Redémptor, Cui pueríle decus prompsit Hosánna pium.
Israel es tu rex, Davidis et inclyta proles,
Nomine qui in Domini, rex benedicte, venis.
Cœtus in excelsis te laudat cælicus omnis,
et mortalis homo, et cuncta creata simul.
Plebs Hebræa tibi cum palmis obvia venit ;
Cum prece, voto, hymnis, adsumus ecce tibi.
Hi tibi passuro solvebant munia laudis ;
nos tibi regnanti pangimus ecce melos.
Hi placuere tibi, placeat devotio nostra ;
rex bone, rex clemens, cui bona cuncta placent.


Gloire, louange et honneur à vous,
Ô Christ Roi Rédempteur !
A qui l’élite des enfants a chanté
Un pieux Hosanna !
D’Israël, vous êtes le Roi
Et de David le noble Fils.
Roi béni qui venez
Au nom du Seigneur
Dans les hauteurs des cieux
Tous les célestes vous chantent.
Et ainsi fait homme mortel,
De même que toutes les créatures.
Le Peuple hébreux avec des rameaux
Vint au devant de Vous.
Nous voici à notre tour avec des prières,
Des vœux et des hymnes.
Il vous offrait sa louange
à la veille de votre mort
Aujourd’hui nous chantons
le Christ qui vit et règne au ciel
Vous avez aimé ses chants :
que notre hommage aussi vous plaise
Tout amour vous réjouit,
Roi de bonté Dieu de pardon

jeudi 11 avril 2019

L'Eglise catholique a construit notre pays

« Ils (les ecclésiastiques) vivent, depuis 1791, en un État parlementaire, où les guides, se tirant désormais de la foule, exigent la formation constante d'équipes de chefs. La colonie est, par surcroît, enfiévrée de la bataille des races; les guides ont besoin d'instruction supérieure, non seulement pour s'acquitter de leurs fonctions parlementaires, mais d'abord pour conquérir à leur race, dans la vie politique de la province, la part qui lui revient. Cette race, en effet, une minorité de fonctionnaires anglophones l'exclut des hauts postes de l'administration, de la magistrature, de l'exécutif, de la Chambre haute; et le prétexte de l'ostracisme, c'est l'ignorance, l'incompétence foncière du conquis au maniement des institutions britanniques. Le reproche d'ignorance, voici longtemps que toute la nationalité canadienne le reçoit au visage comme un soufflet. Que faut-il de plus à des prêtres patriotes qui vivent très près de leur peuple, partagent ses aspirations et ses souffrances, qui, depuis toujours, ont pourvu à ses besoins intellectuels, que leur faut-il davantage pour apercevoir comme une autre besogne urgente, la formation de nouvelles équipes de dirigeants, et par conséquent l'élévation, dans la province entière, du niveau de l'instruction? qu'à ce dessein se mêle l'ambition d'embrigader des ouvriers de relève pour le sacerdoce, rien de plus sûr. Ce qu'ils veulent dans le principe, c'est opposer tout uniment des Ecoles supérieures aux Ecoles de l'Institution Royale. Et si le dessein primitif finit par s'élargir, c'est qu'avec le temps il n'a pu que se modeler à la mesure de ces grands cœurs de prêtres.

Le curé Antoine Girouard (1762-1832).
Fondateur du séminaire de Saint-Hyacinthe.
Prêtres au grand cœur! C'est bien ainsi que ces fondateurs continuent d'apparaître aux fils innombrables, aux vastes familles spirituelles engendrées par eux. Quand on fait la mesure de leurs labeurs, de leurs sacrifices souvent héroïques peu de figures en notre histoire s'y montrent d'une grandeur plus achevée, A l'origine de ces maisons de l'enseignement, l'on ne voit nulle part la riche dotation, le large crédit de l'Etat, le bienfaiteur opulent qui font à l'oeuvre un berceau confortable. Toutes vont naître dans l'indigence, par les soins et les peines d'un curé à la bourse toujours vide, à la soutane rougie. Des sept collèges ou séminaires surgis de 1800 à 1840 six auront pour fondateurs des curés de campagne. Déjà chargés d'un lourd ministère, ces hommes y ont ajouté délibérément le fardeau de pareilles entreprises; ce fardeau, ils l'ont assumé, en ayant supputé le poids écrasant, mais avertis, par l'instinct de leur foi, de la qualité vitale de pareilles œuvres. Presque tous y ont mis d'abord leurs biens personnels, quelques-uns se dépouillant parfois jusqu'au dénûment, se plongeant allègrement dans les dettes. Pour venir à bout de dépenses de toutes sortes, ils s'abîmeront de privations; pour cumuler tous les rôles, ceux de directeur, de professeur, de préfet d'études, d'économe, de bâtisseur, ils s'abîmeront de fatigues et de veilles. Sur tous leurs biens sacrifiés, ils ne sauront même pas se réserver la paix de leur presbytère, dont ils feront une ruche bruyante, y logeant la première génération de leurs écoliers. A la construction de son collège, l'abbé Painchaud travaillera comme un simple manœuvre, charriant en traîneau à bâtons la pierre des champs, le bois de charpente, et, les jours de corvée, menant la charrette à la tête de cent autres. L'abbé Ducharme, qui, en son presbytère, vit plus pauvre qu'un moine, s'excuse un jour de n'aller point saluer son évêque, « par honte de se montrer mal vêtu. »

C'est grâce à notre clergé,
Si le français est resté
Et tant qu'ça existera
Hourra pour le Canada ! 
- Madame Bolduc, Les Colons Canadiens.


Cet entier dévouement, l'oeuvre ne l'exige pas qu'à l'heure de sa fondation. Elle se refuse à vivre d'autre chose. En ces collèges institués pour un peuple pauvre, l'Education est d'un prix dérisoire qui dépasse à peine la gratuité. Au collège de Montréal, en 1837, et ses conditions ne sont que l'ordinaire, il n'en coûte encore, pour la pension, qu'un louis quinze schellings par mois, sur quoi nombre de pensionnaires reçoivent de fortes remises. En ces conditions, comme bien l'on pense, fort peu de ces fondateurs se sentent embarrassés de leurs surplus. Tous n'amassent que des dettes et le spectre de la banqueroute se tient en permanence au seuil de leur maison. A demi désemparé, l'un d'eux, l'abbé Girouard, crie à son évêque: « J'ai 800 louis de dettes. » A Nicolet, le pain manque absolument en 1811 et l'économe se voit sur le point de renvoyer la communauté. Lorsque s'ouvre, à l'Assomption, la classe de régent, c'est autour d'une table qui n'est autre chose qu'une vieille porte posée sur des chevalets, que les premières élèves dégusteront les délices du rosa, rosae. »

« Ces misères sont-elles au moins les seules qui les viennent assaillir? Hélas! ... »


L'ABBÉ GROULX.
(Extrait de Le français au Canada).



-Lambert Closse, La Réponse de la Race - Catéchisme national. Thérien frères limitée, 1936. P. 397-399.

vendredi 5 avril 2019

Ce que le Canada français doit à l'Eglise

Signature de l'acte de fondation de Ville-Marie, la ville catholique,
en présence de Pierre Chevier, du baron de Fancamp,
 de M. Olier (le fondateur des Sulpiciens) et de
Jérôme le Royer de la Dauversière.
1. Qu'est-ce que la patrie canadienne-française par rapport à l'Eglise catholique?

La patrie canadienne-française est une création de l'Eglise catholique de même que sa défense, sa conservation et sa persévérance comme peuple canadien-français catholique.

2. L'origine apostolique du Canada est-elle contestable?

L'origine apostolique du Canada est si peu contestable que des publicistes anticléricaux ont dû apporter leur témoignage à ce caractère historique de nos origines.

3. Quelle fut l'attitude de Jean Verazzani qui, en 1524, toucha plusieurs points de notre pays?

Jean Verazzani traduisit l'intention de Français Ier de gagner les sauvages au christianisme en élevant des croix sur plusieurs points de notre pays.

4. Comment Cartier fit-il de son oeuvre une oeuvre d'apôtre?

Jacques Cartier voulut faire oeuvre d'apôtre en commençant par une messe, dans la Baie de Brest, le 11 juin 1534.

5. Quel fut le premier contact de Cartier avec les sauvages dans le bassin de Gaspé?

Jacques Cartier, dans le bassin de Gaspé, planta une croix en présence des sauvages puis les harangua par signes, s'efforçant de leur faire comprendre ce que signifiait cette croix : ce fut le premier sermon en terre canadienne.

6. Quel titre mérite Samuel de Champlain?

Champlain fut l'explorateur apôtre.

7. Pourquoi fut-il plus apôtre que les autres?

Champlain fut plus apôtre que les autres parce qu'il traversa vingt fois l'Atlantique pour atteindre son but et assurer « l' établissement de la foi chrétienne parmi un peuple infini d'âmes ». « Ni la prise des forteresses ni le gain des batailles, ni la conquête des pays ne sont rien en comparaison du salut des âmes. La conversion d'un infidèle vaut mieux que la conquête d'un royaume. »

8. Quels moyens Champlain a-t-il pris pour évangéliser le pays?

En 1615, Champlain revint de France avec 8 Récollets et 2 frères convers.

9. Quand furent dites les deux premières messes dans la colonie?

La première messe fut dite à Montréal, le 24 juin 1615 et la seconde à Québec le lendemain.

10. Par les Récollets quel culte Dieu a-t-il confié aux français du Canada pour assurer à sa Mère un peuple de serviteurs?

Le peuple canadien-française fut choisi par Dieu pour répondre aux attaques protestantes contre le culte de l'Immaculée-Conception de Marie; le grand nombre des églises consacrées à Marie dans la seule province de Québec en est une preuve.

11. Est-ce que les Récollets purent seuls suffire à la tâche?

Non, en 1625 les Récollets durent appeler les Jésuites à leur aide.

12. Quelle fut la part des Jésuites dans l'évangélisation de la colonie?

Les Jésuites ont mérité au Canada le titre de principaux missionnaires de la Nouvelle-France, car jusqu'en 1663, ils furent à peu près les seuls prêtres de la colonie et ils convertirent tous les Hurons.

13. Le travail missionnaire des Jésuites fut-il agréable à Dieu?

Les Jésuites donnèrent à Dieu et à l'Eglise canadienne nos Saints Martyrs Canadiens.

14. Par qui la colonie fut-elle adoptée et plus spécialement Montréal?

Par les Messieurs de Saint-Sulpice.

15. Quel était le but de Paul de Maisonneuve en débarquant à Montréal avec ses croisés en 1642?

Le but de Maisonneuve était de faire de Montréal une ville très chrétienne.

L'intrépide missionnaire, le père Marquette.
16. Quelle aide Maisonneuve a-t-il reçue des Sulpiciens?

« Les Messieurs de Saint-Sulpice devaient fournir dans cette année 25,000 écus avec le serment de ne jamais rien retirer de l'entreprise. Ils désirèrent même garder l'anonymat. »

17. A cause de sa situation géographique quel danger continuel courait Montréal?

Montréal, centre du pays et à 180 milles de Québec, a toujours été le premier point d'attaque des Iroquois.

18. Quel est le caractère de l'attaque des Iroquois au printemps de 1660?

Les Iroquois avaient organisé la disparition complète de Montréal pour ensuite descendre à Québec et en finir avec les chrétiens.

19. Qui a sauvé les chrétiens du Canada en 1660?

Dollard des Ormeaux et ses 16 compagnons, forts de la confession et de la sainte communion tinrent tête à des centaines d'Iroquois. La colonie était sauvée.

20. Rencontre-t-on souvent de l'héroïsme comme celui de Dollard?

Dollard a sauvé sa patrie dans un combat unique dans l'histoire du monde.

21. Quel était le nom de Montréal en 1642?

La ville de Montréal s'appelaient alors Ville-Marie.

22. Comment les Sulpiciens ont-ils réussi le miracle de la fondation de Montréal?

« Les Sulpiciens firent de cette fondation leur oeuvre de prédilection et ils ne reculèrent devant aucun sacrifice pour réussir, intéressant à leur entreprise le Pape, le roi de France et tous les Français. »

L'amour de la patrie, avec l'amour de l'Eglise, est le sentiment le plus sacré du cœur de l'homme, et s'il était possible que l'un fût ennemi de l'autre, ce serait, à mes yeux, le plus profond déchirement que la Providence ait ménagé à notre époque. 
La patrie est notre église du temps, comme l'Eglise est notre patrie de l'éternité, et si l'orbite de celle-ci est plus vaste que l'orbite de celle-là, elles ont toutes deux le même centre, qui est Dieu, le même intérêt qui est la justice, le même asile qui est la conscience, les mêmes citoyens qui sont le corps et l'âme de leurs enfants.
Le patriotisme religieux est un bien que nous ont léguénos pères, et c'est un devoir pour nous de le conserver précieusement. 
-Mgr Ignace Bourget

Sous la domination anglaise


23. Pourquoi le Canada appartient-il aujourd'hui à l' Angleterre?

D'abord parce que Dieu l'a permis et ensuite parce que la France politique n'a pas su seconder la France religieuse.

24. Après tous les malheurs qui ont frappé les Canadiens pour en arriver à la cession du Canada à l'Angleterre, comment se fait-il que les Canadiens ont réussi à décourager et à vaincre leurs oppresseurs?

Après la cession du pays, à l'Angleterre, presque totalement abandonnés par la noblesse et la bourgeoisie retournées en France, les Canadiens au nombre de 65,000, « eurent l'instinct, l'estimative de se laisser guider par leurs prêtres. »

25. Combien y avait-il de prêtres au Canada en 1766?

Ils étaient 138, tant séculiers que réguliers.

26. Qui était évêque en 1766?

Monseigneur Briand.

27. Combien y avait-il de missionnaires?

Il y en avait 38 qui s'occupaient des sauvages convertis.

28. Combien y avait-il de prêtres?

Il y avait cent prêtres, cent curés.

29. Cent curés! c'était pourtant une quantité négligeable devant l'Empire britannique?

C'était infiniment moins que cent bourgeois; mais cent curés, cela suffit pour sauver la civilisation française en Amérique.

30. Par quels moyens les prêtres ont-ils réussi à conduire le Canadien dans les affaires profanes?

Par leur ministère et par leur dévouement auprès du peuple.

31. En particulier, quels moyens servirent le mieux?

Il est impossible de séparer les deux : le ministère du prêtre, c'est-à-dire la religion catholique, et l'école.

32. Quelle fut l'importance du curé auprès des fidèles de 1760?

Le pauvre petit curé de compagne a remplacé providentiellement les gens de profession nécessaires à la société : notaire, avocat, médecin au besoin, autant de connaissances que la foi des paysans lui reconnaissait tout naturellement.

33. Quel caractère le curé a-t-il façonné dans le Canadien français?

Le curé de 1760 a mis dans l'âme canadienne en même temps que la foi, l'amour de la patrie, de notre langue, de nos droits.

34. Quelle constatation est donc inévitable?

On doit constater que chez nous, dans le passé, le catholicisme fait corps avec le patriotisme, c'est un roc sur lequel doit s'appuyer aujourd'hui notre idéal national.

35. Où le curé de chez nous a-t-il préparé cet idéal?

A l'école.

36. Qui enseignait dans ces écoles?

Les curés, quand leur ministère était fini.

37. Où étaient ces écoles?

Les presbytères servaient d'écoles.

38. L'école d'enseignement primaire une fois établie, le curé de chez nous s'en est-il arrêté là?

Non, il fonda le collège classique.

39. Pouvez-vous en nommer?

Le collège de Montréal qui est né au presbytère de la Pointe-aux-Trembles, grâce à l'initiative de l'abbé Ducharme; Québec, Nicolet, Lévis.

40. Où voulaient en venir les curés avec toutes ces écoles?

Ils voulaient former des hommes, des députés capables de se dresser devant l'Angleterre pour réclamer les droits de notre peuple, de notre race, la race française; pour notre langue, la langue française; pour nos lois, nos lois françaises.

41. Quelle fut la conduite des curés vis-à-vis du peuple dans ses difficultés avec leurs nouveaux maîtres, les Anglais?

Ils leur enseignèrent la loyauté envers leurs nouveaux maîtres et les aidèrent à prendre conscience de leur valeur, de leur âme française et à réclamer légitimement les droits constitutionnels qui assurent notre droit de vivre.

42. Quelle conclusion précieuse nous impose l'histoire de nos ancêtres dans leurs relations avec l'Eglise catholique?

La conclusion est une vérité qui s'attache à notre nationalité comme une partie d'elle-même; nous devons être des patriotes à la manière de nos ancêtres, nous rappelant sans cesse que chez nous, religion et patrie ne font qu'un seul et même tout, au point que chez nous la disparition de l'une entraînement la disparition de l'autre.

43. Quel est l'enseignement de l'Eglise catholique au sujet des relations de l'Eglise et de l'Etat?

Toujours, l'Etat doit servir l'Eglise et l'aider à poursuivre son oeuvre spirituelle.

44. Quel autre principe découle de notre passé historique depuis 1760?

La société canadienne-française doit avoir comme cadres la paroisse catholique, car la paroisse fut et est pour notre peuple sa forteresse nationale et religieuse.



-Lambert Closse, La Réponse de la Race - Catéchisme national. Thérien frères limitée, 1936. P. 391-396.

lundi 1 avril 2019

Sur le patriotisme

Le patriotisme est ce que j'appellerais un sentiment fondé. Il s'appuie sur le pays et s'alimente à l'histoire. L'éloquence, les manifestations populaires, les impulsions d'un amour imprécis et coutumier peuvent l'animer pour un temps ou le réchauffer, mais elles ne constituent pas sa raison profonde. La volonté ne vit pas que de paroles : elle est longuement déterminée par une formation qui s'applique à la fortifier, à la diriger afin qu'elle résiste aux attraits passagers, aux mouvements du dehors. Celui qui ne connaît pas son pays l'abandonnera plus facilement; celui qui néglige la leçon de l'histoire sacrifiera plus légèrement aux disciplines du passé l'intérêt du jour.

L'école a la garde du patriotisme. Elle l'éveille, elle le développe, elle le transmet. Voilà sa mission nationale : la vraie, celle qui ne tient pas seulement dans un mot dont on abuse si aisément. Le maître doit donc apprendre son pays pour l'enseigner, et méditer l'histoire afin d'en communiquer la vertu. Il n'est pas de plus belle tâche. Heureux celui qui sera parvenu à la poursuivre jusque dans l'âme de l'enfant!

Qu'il s'attache, par exemple, à tirer du milieu immédiat le secret fécond des choses. Il y trouvera des sources insoupçonnées. Nous apprécions si peu le décor qui pourtant accompagne, immuable en apparence seulement, les actes de toute notre vie. Les montagnes et les fleuves, les arbres et les fleurs, nous les chantons sans les connaître, sans nous être arrêtés à saisir les traits qui les distinguent et les embellissent. Nous disons : « Que cet oiseau est joli! » Et c'est tout. Aucun nom ne l'accompagne s'il s'envole, aucun nom n'accueille le plaisir de son retour. Nous avons un ami de moins. Tenez vous-même l'inventaire de nos insouciances. Parcourez la route : qui l'a tracée, de quoi est-elle faite, où conduit-elle? Est-elle morte ou vivante, ou ressuscitée par l'automobile? Regardez mieux les maisons et vous comprendrez combien peu jusque-là vous vous étiez arrêté vraiment. De quels matériaux sont-elles assemblées? Traduisent-elles une architecture qui les apparente au point de révéler votre caractère? Le village même, où prend place la maison d'école, comment s'est-il déroulé le long de la route? Et les hommes, ceux que nous appelons nos compatriotes, avons-nous remarqué leurs figures et distingué en eux l'origine française? Ces mille leçons, n'est-ce pas nourrir son patriotisme que de les vivre?

L'histoire est aussi une noble discipline. Cette fois, c'est le passé qui nous pénètre et nous guide. Nous le glorifions volontiers, nous disons : « Notre foi, notre langue et nos droits ». Prenons garde que ce ne soit ainsi que nous disions tout à l'heure : « Que cet oiseau est joli ! » L'histoire n'est pas que des dates de batailles, mais bien humanité et vie Dans ce milieu que nous voudrions avoir mieux connu, des hommes ont vécu, fidèles à des traditions. Interrogeons-les, cherchons à comprendre leurs attitudes, reconstituons leurs gestes. Ainsi notre volonté, associée à la leur, s'affermira vers l'avenir.

O maître de d'école, l'on te demande beaucoup pour le peu que l'on te donne ; mais ta consolation dépassera ton sacrifice. Tu prépares les destinées du peuple. Il restera quelque chose de toi quand bien des puissants de la terre, que l'on te préfère aujourd'hui, seront définitivement disparus.



-Edouard Montpetit



-Lambert Closse, La Réponse de la Race - Catéchisme national. Thérien frères limitée, 1936. P. 266-268.